fbpx
Retour aux articles

Ouvertement sexiste — L’histoire des campagnes à problème de Sixt. #MarketingScan

Lancée en 2009, cette campagne de Sixt a fait un véritable tollé. Vous l’avez vite compris avec ces images, la marque appuie sa campagne sur des stéréotypes et préjugés.

Le problème : c’est qu’elle a été mal vue (forcément) par une partie de la population, et surtout les défenseurs des droits des femmes.
Ces images montrent différentes situations avec le slogan “oui, nous louons aussi aux femmes”. Je pense qu’aucune explication n’est nécessaire. D’ailleurs, sur l’autre
image, les deux post-its servent à rappeler aux femmes ou se situe leur gauche et leur droite.

Plus bas, une ligne indiquant que les femmes sont responsables de 3,5x moins d’accidents graves que les hommes. But premier de la marque ou manière de se dédouaner au cas où cela tournerait mal?

Quand on sait que la représentation des femmes dans la publicité à un passé plutôt honteux, on se demande pourquoi réitérer l’expérience.

Sixt s’était bien sûr défendu en disant “Les Français n’ont pas compris l’ironie du message”.
D’ailleurs, comme souvent avec ces publicités, l’humour est l’arme de choix. En effet, pour beaucoup de ces publicitaires, l’humour se trouve être un bon moyen de faire passer des publicités utilisant des clichés bien ancrés.

L’humour c’est littéralement un kevlar que beaucoup ont longtemps utilisé pour faire passer des messages sans vraiment se mouiller.

Mon Avis

Inutile de le nier ou de tourner autour du pot, cette campagne rentre directement dans la catégorie des bad buzz même s’ils jouent sur l’ironie dans leur message.

De plus, ce genre de campagnes à un impact négatif dans la société. Celui de renforcer des préjugés et stéréotypes déjà bien ancrés.

Sixt, c’est comme ça qu’ils ont vu leur plan, leur stratégie et leur positionnement. Ils veulent être cette marque qui sous le prétexte de l’humour et de l’ironie peut se permettre tout dans leurs campagnes. En vérité, ça ne marche pas, et pour beaucoup ces pubs ont mauvais ton.
La marque a plutôt l’air d’avoir pris une autre direction à présent. En jouant sur des évènements politiques en lien avec des voitures ou des stars.

Pour être franc, je ne pense pas qu’une campagne comme celle-ci serait bien accueillie de nos jours.

Alors si vous aussi vous cherchez à créer des campagnes, éviter la méthode Sixt, celle d’utiliser des préjugés et des clichés, vous n’en avez pas besoin.

  • Share: